France Inter

France Inter

Dieu, Darwin, Marcel et moi

Quand le ver de terre se met en scène… c’est un spectacle qui est drôlement intéressant avec de l’humour, de la poésie qui est délicieusement absurde. On sourit véritablement, on rit aussi dans ce spectacle, ponctué par de la danse et par des chansons. Si vous souhaitez ne pas vous regarder le lombric… allez voir Dieu, Darwin, Marcel et moi !

Denis Cheissoux – CO2 mon amour

MediaCE

Dieu, Darwin, Marcel et moi

MediaCE 

Plaidoyer écolo sur le plus modeste et le plus pacifique des contributeurs à la vie terrestre, fondamental tube digestif au caca fertile. Un discours scientifique et ludique pour réveiller les consciences sans faire peur.

Valérie Appert

Hortis (revue nationale pour les Responsables Espaces Nature en Ville)

Dieu, Darwin, Marcel et moi

Hortis (revue nationale pour les Responsables Espaces Nature en Ville) – 5 mars 2018

L’onirisme au théâtre rend palpable le monde invisible du sous-sol, donne à voir en accéléré le travail du temps et de l’infiniment petit dans la création du sol. Ce spectacle permet de semer dans les esprits quelques nouvelles graines qui donnent du sens aux mutations en cours du métier de jardinier.

Nicole Geniez , reponsable Espaces verts de la ville de Bagnolet

Fréquence Paris Plurielle

Dieu, Darwin, Marcel et moi

Fréquence Paris Plurielle 

Il est question du ver de terre, a priori, un sujet qui ne passionne pas les foules. Et pourtant ça marche du feu de Dieu ! En passant par l’humour, une mise en scène décalée, la musique qui donne une couleur particulière et du rythme au propos, on assiste à un vrai spectacle très réussi, hautement pédagogique et drôle !

Capucine Maillard – émission Plein Phare

Lettre d’Info OPVT (observatoire participatif du ver de terre)

Dieu, Darwin, Marcel et moi

Lettre d’Info OPVT (observatoire participatif du ver de terre)

D’aucun pourrait vous l’expliquer en long, en large et en (tra)vers mais ce spectacle vous permettra de joindre l’utile à l’agréable ainsi qu’au déjanté ! Nous vous recommandons très fortement d’aller découvrir ce spectacle décalé mais éclairé.

Daniel Cluzeau – Université Rennes 1